Je voudrais me déposer la tête

Ce qu’Andelle est, c’est impossible à rejoindre. Il faut la vivre quand elle ouvre les yeux le matin, déjà toute disposée à aimer, à aimer comme une femme, à aimer comme l’urgence, ou comme l’aveu, ou aimer comme un fantasme. Aimer sans arme, avec des mots et des chaleurs, avec des yeux sans âge. Les idées et le coeur et les danses dans sa voix quand elle discute, quand elle nomme les choses, quand elle rit, quand elle veut me faire l’amour. Les plus infimes gestes de son existence m’ensoleillent.

Jonathan Harnois, Je voudrais me déposer la tête, chapitre 4, p.21

Publicités

~ par Anna-Maria sur 4 avril 2010.

2 Réponses to “Je voudrais me déposer la tête”

  1. As-tu aimé le livre, de façon générale ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :