L’Artiste

C’est Api qui en parlait L’Artiste de Pierre Bertrand. Un livre trop fuckin laid de la couverture, fuck.. j’avais presque honte de l’emprunter à la bibli. Je suis superficielle. Pis finalement, au hasard, le chapitre 4.

Nous sommes toujours à rêver à quelque futur libérateur, où les conditions seront enfin autres, où nous serons ailleurs, où nous aurons trouvé le grand amour et où nous pourrons enfin nous réaliser, être totalement nous-mêmes. Mais cela est une illusion. Nous passons de l’espoir au désespoir. Alors qu’il faut plutôt fonctionner comme Beckett : « Pas d’espoir, soit, mais pas de désespoir. »

Publicités

~ par Anna-Maria sur 4 avril 2010.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :